Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
Passants parmi les paroles passagères

Passants parmi les paroles passagères

Vous qui passez parmi les paroles passagères 
portez vos noms et partez 
Retirez vos heures de notre temps, partez 
Extorquez ce que vous voulez 
du bleu du ciel et du sable de la mémoire 
Prenez les photos que vous voulez, pour savoir
que vous ne saurez pas 
comment les pierres de notre terre 
bâtissent le toit du ciel

Vous qui passez parmi les paroles passagères 
Vous fournissez l’épée, nous fournissons le sang 
vous fournissez l’acier et le feu, nous fournissons la chair 
vous fournissez un autre char, nous fournissons les pierres
vous fournissez la bombe lacrymogène, nous fournissons la pluie
Mais le ciel et l’air
sont les mêmes pour vous et pour nous
Alors prenez votre lot de notre sang, et partez
allez dîner, festoyer et danser, puis partez
A nous de garder les roses des martyrs
à nous de vivre comme nous le voulons.

Vous qui passez parmi les paroles passagères 
comme la poussière amère, passez où vous voulez
mais ne passez pas parmi nous comme les insectes volants
Nous avons à faire dans notre terre 
nous avons à cultiver le blé
à l’abreuver de la rosée de nos corps
Nous avons ce qui ne vous agrée pas ici
pierres et perdrix
Alors, portez le passé, si vous le voulez
au marché des antiquités
et restituez le squelette à la huppe
sur un plateau de porcelaine
Nous avons ce qui ne vous agrée pas
nous avons l’avenir
et nous avons à faire dans notre pays

Vous qui passez parmi les paroles passagères
entassez vos illusions dans une fosse abandonnée, et partez
rendez les aiguilles du temps à la légitimité du veau d’or 
ou au battement musical du revolver
Nous avons ce qui ne vous agrée pas ici, partez
Nous avons ce qui n’est pas à vous :
une patrie qui saigne, un peuple qui saigne
une patrie utile à l’oubli et au souvenir

Vous qui passez parmi les paroles passagères
il est temps que vous partiez
et que vous vous fixiez où bon vous semble
mais ne vous fixez pas parmi nous
Il est temps que vous partiez
que vous mouriez où bon vous semble
mais ne mourez pas parmi nous
Nous avons à faire dans notre terre
ici, nous avons le passé
la voix inaugurale de la vie
et nous y avons le présent, le présent et l’avenir
nous y avons l’ici-bas et l’au-delà
Alors, sortez de notre terre
de notre terre ferme, de notre mer
de notre blé, de notre sel, de notre blessure
de toute chose, sortez
des souvenirs de la mémoire
ô vous qui passez parmi les paroles passagères

Mahmoud Darwich, Extrait de Palestine, mon pays : l'affaire du poème, éd. de Minuit, 1998 .- ISBN 2-7073-1188-X

Photo : Uwe Dahlke, Pixabay

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Poésie
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Sur cette terre...

Sur cette terre...

Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie : l’hésitation d’avril, l’odeur du pain à l’aube, les...

1 mai 2021
Maintenant après toi

Maintenant après toi

Maintenant, après toi… ayant atteintune rime appropriéeet un exil, les arbres rectifient leur...

3 mai 2021
Si tu n'es pas pluie ...

Si tu n'es pas pluie ...

Si tu n'es pas pluie, mon amour,Sois arbreFécond...Sois arbre.Et si tu n'es pas arbre, mon...

3 mai 2021
Ciel bas

Ciel bas

C’est un amour qui va sur ses pieds de soie,Heureux de son exil dans les rues.Un amour petit et...

12 mai 2021
Rien que la lumière

Rien que la lumière

Rien que la lumière.Je n’ai arrêté mon chevalque pour cueillir une rose rougedans le jardin...

13 mai 2021
La voix des collines s'enroue...

La voix des collines s'enroue...

La voix des collines s’enroueau fond de votre gorge : la nuitdoit avoir blesséson écho.Les...

14 mai 2021