Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
Ciel bas

Ciel bas

C’est un amour qui va sur ses pieds de soie,
Heureux de son exil dans les rues.
Un amour petit et pauvre que mouille une pluie de passage
Et il déborde sur les passants :
Mes présents sont plus abondants que moi.
Mangez mon blé,
Buvez mon vin,
Car mon ciel repose sur mes épaules et ma terre vous appartient...

As-tu humé le sang du jasmin indivis
Et pensé à moi ?
Attendu en ma compagnie un oiseau à la queue verte
Et qui n’a pas de nom ?

C’est un amour pauvre qui fixe le fleuve
Et il s’abandonne aux évocations : Où cours-tu ainsi,
Jument de l’eau ?
Sous peu, la mer t’absorbera.
Va lentement vers ta mort choisie,
Jument de l'eau !

Extrait de : "Le lit de l’étrangère" – Actes Sud, 2000

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Poésie
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Sur cette terre...

Sur cette terre...

Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie : l’hésitation d’avril, l’odeur du pain à l’aube, les...

1 mai 2021
Maintenant après toi

Maintenant après toi

Maintenant, après toi… ayant atteintune rime appropriéeet un exil, les arbres rectifient leur...

3 mai 2021
Si tu n'es pas pluie ...

Si tu n'es pas pluie ...

Si tu n'es pas pluie, mon amour,Sois arbreFécond...Sois arbre.Et si tu n'es pas arbre, mon...

3 mai 2021
Ciel bas

Ciel bas

C’est un amour qui va sur ses pieds de soie,Heureux de son exil dans les rues.Un amour petit et...

12 mai 2021
Rien que la lumière

Rien que la lumière

Rien que la lumière.Je n’ai arrêté mon chevalque pour cueillir une rose rougedans le jardin...

13 mai 2021
La voix des collines s'enroue...

La voix des collines s'enroue...

La voix des collines s’enroueau fond de votre gorge : la nuitdoit avoir blesséson écho.Les...

14 mai 2021