Menu icoMenu232White icoCross32White

Retour
Hommage en forme de coup de coeur

Hommage en forme de coup de coeur

Article rédigé par Desmond TUTU, publié par Haaretz en 2014.

Desmond Tutu à Haaretz : Voici mon appel au peuple d'Israël

L'archevêque émérite Desmond Tutu a écrit un article exclusif pour Haaretz en 2014, dans lequel il appelait à un boycott mondial d'Israël et exhortait les Israéliens et les Palestiniens à regarder au-delà de leurs dirigeants pour trouver une solution durable à la crise en Terre sainte...

Ces dernières semaines, des membres de la société civile du monde entier ont mené une action sans précédent contre l'injustice de la réponse brutale et disproportionnée d'Israël aux tirs de missiles en provenance de Palestine.

Si l'on additionne toutes les personnes qui se sont rassemblées au cours du week-end dernier pour réclamer justice en Israël et en Palestine - au Cap, à Washington, à New York, à New Delhi, à Londres, à Dublin et à Sydney, et dans toutes les autres villes - il s'agit sans doute du plus grand mouvement de protestation actif de citoyens autour d'une même cause jamais vu dans l'histoire du monde.

Il y a un quart de siècle, j'ai participé à des manifestations très suivies contre l'apartheid. Je n'aurais jamais imaginé revoir des manifestations de cette ampleur, mais la participation de samedi dernier au Cap était aussi importante, sinon plus. Parmi les participants, il y avait des jeunes et des moins jeunes, des musulmans, des chrétiens, des juifs, des hindous, des bouddhistes, des agnostiques, des athées, des noirs, des blancs, des rouges et des verts... comme on peut l'attendre d'une nation dynamique, tolérante et multiculturelle.

J'ai demandé à la foule de chanter avec moi : "Nous sommes opposés à l'injustice de l'occupation illégale de la Palestine. Nous sommes opposés à la tuerie aveugle à Gaza. Nous sommes opposés à l'indignité infligée aux Palestiniens aux points de contrôle et aux barrages routiers. Nous sommes opposés à la violence perpétrée par toutes les parties. Mais nous ne sommes pas opposés aux Juifs".

Plus tôt dans la semaine, j'ai demandé la suspension d'Israël de l'Union internationale des architectes, qui se réunissait en Afrique du Sud.

J'ai lancé un appel aux soeurs et frères israéliens présents à la conférence pour qu'ils se dissocient activement, ainsi que leur profession, de la conception et de la construction d'infrastructures liées à la perpétuation de l'injustice, notamment la barrière de séparation, les terminaux et points de contrôle de sécurité, et les colonies construites sur les terres palestiniennes occupées.

"Je vous implore de faire passer ce message chez vous : Veuillez inverser la tendance à la violence et à la haine en rejoignant le mouvement non violent en faveur de la justice pour tous les peuples de la région", ai-je déclaré.

Au cours des dernières semaines, plus de 1,6 million de personnes à travers le monde ont adhéré à ce mouvement en rejoignant une campagne d'Avaa7 appelant les entreprises profitant de l'occupation israélienne et/ou impliquées dans les abus et la répression des Palestiniens à se retirer. La campagne vise spécifiquement le fonds de pension néerlandais ABP, la banque Barclays, le fournisseur de systèmes de sécurité G4S, la société de transport française Veolia, la société informatique Hewlett-Packard et le fournisseur de bulldozers Caterpillar.

Le mois dernier, 17 gouvernements de l'UE ont exhorté leurs citoyens à éviter de faire des affaires ou d'investir dans les colonies israéliennes illégales.

Nous avons également assisté récemment au retrait par le fonds de pension néerlandais PGGM de dizaines de millions d'euros des banques israéliennes ; au désinvestissement de G4S par la Fondation Bill et Melinda Gates ; et l'Église presbytérienne américaine a désinvesti environ 21 millions de dollars de HP, Motorola Solutions et Caterpillar.

C'est un mouvement qui s'accélère.

La violence engendre la violence et la haine, qui ne font qu'engendrer davantage de violence et de haine.

Nous, les Sud-Africains, connaissons la violence et la haine. Nous comprenons la douleur d'être le putois du monde, quand il semble que personne ne comprenne ou ne veuille même écouter notre point de vue. C'est de là que nous venons.

Nous connaissons également les avantages que le dialogue entre nos dirigeants a fini par nous apporter, lorsque des organisations qualifiées de "terroristes" ont été débloquées et que leurs dirigeants, dont Nelson Mandela, ont été libérés de leur emprisonnement, de leur bannissement et de leur exil.

Nous savons que lorsque nos dirigeants ont commencé à se parler, les raisons de la violence qui avait ravagé notre société se sont dissipées et ont disparu. Les actes de terrorisme perpétrés après le début des pourparlers - comme les attaques contre une église et un pub - ont été presque universellement condamnés, et le parti tenu pour responsable a été rejeté dans les urnes.

L'exaltation qui a suivi notre vote commun pour la première fois n'était pas l'apanage des seuls Sud-Africains noirs. Le véritable triomphe de notre règlement pacifique a été que tous se sont sentis inclus. Et plus tard, lorsque nous avons dévoilé une constitution si tolérante, compatissante et inclusive qu'elle rendrait Dieu fier, nous nous sommes tous sentis libérés.

Bien sûr, le fait d'avoir un cadre de dirigeants extraordinaires nous a aidés.

Mais ce qui a finalement contraint ces dirigeants à se réunir autour de la table des négociations, c'est le cocktail d'outils persuasifs et non violents qui avait été mis au point pour isoler l'Afrique du Sud sur le plan économique, universitaire, culturel et psychologique.

À un certain moment - le point de basculement - le gouvernement de l'époque a réalisé que le coût de la préservation de l'apartheid dépassait les avantages.

Le retrait du commerce avec l'Afrique du Sud par des multinationales ayant une conscience dans les années 1980 a finalement été l'un des principaux leviers qui ont mis l'État d'apartheid - sans effusion de sang - à genoux. Ces entreprises ont compris qu'en contribuant à l'économie sud-africaine, elles contribuaient au maintien d'un statu quo injuste.

Ceux qui continuent à faire des affaires avec Israël, qui contribuent à un sentiment de "normalité" dans la société israélienne, rendent un mauvais service aux peuples d'Israël et de Palestine. Ils contribuent à la perpétuation d'un statu quo profondément injuste.

Ceux qui contribuent à l'isolement temporaire d'Israël disent que les Israéliens et les Palestiniens ont un droit égal à la dignité et à la paix.

En fin de compte, les événements survenus à Gaza au cours du mois dernier vont mettre à l'épreuve ceux qui croient en la valeur des êtres humains.

Il est de plus en plus évident que les politiciens et les diplomates ne parviennent pas à trouver des réponses, et que la responsabilité de la recherche d'une solution durable à la crise en Terre Sainte incombe à la société civile et aux peuples d'Israël et de Palestine eux-mêmes.

Outre la récente dévastation de Gaza, les êtres humains décents, où qu'ils se trouvent - y compris en Israël - sont profondément troublés par les violations quotidiennes de la dignité humaine et de la liberté de mouvement dont sont victimes les Palestiniens aux points de contrôle et aux barrages routiers. Et les politiques israéliennes d'occupation illégale et de construction de colonies dans la zone tampon sur les terres occupées rendent encore plus difficile la conclusion d'un accord de règlement acceptable pour tous.

L'État d'Israël se comporte comme s'il n'y avait pas de lendemain. Sa population ne vivra pas la vie paisible et sûre à laquelle elle aspire - et à laquelle elle a droit - tant que ses dirigeants perpétueront les conditions qui entretiennent le conflit.

J'ai condamné ceux qui, en Palestine, ont tiré des missiles et des roquettes sur Israël. Ils attisent les flammes de la haine. Je suis opposé à toute manifestation de violence.

Mais nous devons être très clairs : le peuple de Palestine a tout à fait le droit de lutter pour sa dignité et sa liberté. C'est une lutte qui bénéficie du soutien de nombreuses personnes dans le monde entier.

Aucun problème créé par l'homme n'est insoluble lorsque les humains mettent leurs têtes ensemble avec le désir sincère de les surmonter. Aucune paix n'est impossible lorsque les gens sont déterminés à l'atteindre.

La paix exige que les peuples d'Israël et de Palestine reconnaissent l'être humain en eux-mêmes et en l'autre ; qu'ils comprennent leur interdépendance.

Les missiles, les bombes et les invectives grossières ne font pas partie de la solution. Il n'y a pas de solution militaire.

Il est plus probable que la solution provienne de cette boîte à outils non violente que nous avons développée en Afrique du Sud dans les années 1980, pour persuader le gouvernement de la nécessité de modifier ses politiques.

Si ces outils - boycott, sanctions et désinvestissement - se sont finalement avérés efficaces, c'est parce qu'ils bénéficiaient d'une masse critique de soutien, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Le type de soutien dont nous avons été témoins dans le monde entier ces dernières semaines, en ce qui concerne la Palestine.

Mon appel au peuple d'Israël est de voir au-delà du moment présent, de voir au-delà de la colère de se sentir perpétuellement assiégé, de voir un monde dans lequel Israël et la Palestine peuvent coexister - un monde dans lequel la dignité et le respect mutuels règnent.

Cela nécessite un changement de mentalité. Un changement de mentalité qui reconnaît que tenter de perpétuer le statu quo actuel revient à condamner les générations futures à la violence et à l'insécurité. Un changement de mentalité qui cesse de considérer la critique légitime des politiques d'un État comme une attaque contre le judaïsme. Un changement d'état d'esprit qui commence chez soi et qui se répercute sur les communautés, les nations et les régions - jusqu'à la diaspora dispersée dans le monde que nous partageons. Le seul monde que nous partageons.

Les personnes unies dans la poursuite d'une cause juste sont inarrêtables. Dieu ne se mêle pas des affaires des gens, espérant que nous grandirons et apprendrons en résolvant nous-mêmes nos difficultés et nos différences. Mais Dieu n'est pas endormi. Les écritures juives nous disent que Dieu se range du côté des faibles, des dépossédés, de la veuve, de l'orphelin, de l'étranger qui a libéré les esclaves lors d'un exode vers une Terre promise. C'est le prophète Amos qui a dit que nous devrions laisser la justice couler comme une rivière.

La bonté finit par l'emporter. La poursuite de la libération du peuple de Palestine de l'humiliation et de la persécution par les politiques d'Israël est une cause juste. C'est une cause que le peuple d'Israël devrait soutenir.

Nelson Mandela a déclaré que les Sud-Africains ne se sentiraient pas libres tant que les Palestiniens ne le seraient pas.

Il aurait pu ajouter que la libération de la Palestine libérera également Israël.

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Portrait
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Dessins d'enfants de Gaza

Dessins d'enfants de Gaza

Merci à l'AFPS de Lorraine Sud !

28 octobre 2021
If there were a there, it would be...

If there were a there, it would be...

La Chaire Mahmoud Darwich dévoile les noms des quatre lauréats de son appel à résidence partagé...

27 octobre 2021
Story Of Palestine

Story Of Palestine

Eman ASKARL'Histoire de la Palestine en chanson et en deux minutes ? Pari gagné ? À vous de...

26 mai 2021
Nous revenons

Nous revenons

L'artiste palestinienne Naï Barghouti a sorti il y a quelques jours son dernier clip "Nous...

25 mai 2021
Je t'aime au gré de la mort (Extrait)

Je t'aime au gré de la mort (Extrait)

Les enfants naissentles accueillent dans leur berceauleurs noms choisisdans l'arbre...

24 mai 2021