Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
L'Exil recommencé - Extrait

L'Exil recommencé - Extrait

Je ne sais, je ne sais vraiment pas ce que signifie se rapprocher du lieu du nom, car l’ambiguïté qui recouvre les frontières entre les dualités – la nuit et le jour, l’exil et la patrie, la poésie et la prose – est à la fois des plus denses et des plus transparentes qui soient. Mais sa vertu, ici et maintenant, réside dans sa capacité à invectiver familièrement l’exil pour se demander si cet instant transitoire est une rupture entre la sortie et l’entrée. Chacun de nous aura besoin de s’exercer au quotidien pour se libérer graduellement des lourds ombrages du sens quand ils se déplacent d’un temps vers un autre, se libérer aussi des comparaisons inutiles pour notre vie tourmentée. Les dualités qui nous habitent ne sont pas précises au point de définir les choses par leur contraire. Être ici ne signifie pas que je ne suis plus là-bas. Ne plus être là-bas ne signifie pas que je suis ici. Chacun aura besoin de s’assurer qu’il a trouvé ses cinq sens, au complet, fonctionnant comme il sied qu’ils fonctionnent, sans intermédiaire ni entremise. La collectivité aura quant à elle besoin de réorganiser sa nouvelle cohue et sa nouvelle solitude, d’apprendre à distinguer le public du privé. Rien que pour tester sa capacité à mener la bataille de l’entrée dans le normal et l’ordinaire. Le temps n’est-il pas venu de nous demander si la guérison de notre image stéréotypée, d’une blessure du moi qui s’est éloignée d’elle-même… est possible ?

Mahmoud Darwich, extrait de L'Exil recommencé ; textes traduits par Élias Sanbar, Actes Sud, 2013 . - ISBN 978-2-330-00591-7 (br.)

Photo Pixabay

Voir aussi, en ligne,  un extrait plus conséquent : 
https://www.actes-sud.fr/sites/default/files/9782330005917_extrait.pdf

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Anthologie
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Le jardin endormi

Le jardin endormi

Un jardin dort dans mon lit. Lorsque le sommeil l'a prise dans ses bras, j'ai dérobé ma...

18 février 2022
La fillette / Le cri

La fillette / Le cri

Sur la plage, une fillette. La fillette a des parents, ses parents ont une maison, la maison a...

19 janvier 2022
Tel un poème en prose

Tel un poème en prose

Un été automnal sur les collines tel un poème en prose. La brise est une cadence légère que je...

19 janvier 2022
La vie jusqu'à la dernière goutte

La vie jusqu'à la dernière goutte

Si l’on me disait encore : Que ferais-tu si tu mourais aujourd’hui ? Je répondrais sur-le-champ...

19 janvier 2022
Passants parmi les paroles passagères

Passants parmi les paroles passagères

Vous qui passez parmi les paroles passagères portez vos noms et partez Retirez vos heures de...

19 janvier 2022
Ah si le jeune homme était un arbre

Ah si le jeune homme était un arbre

L’arbre est le frère de l’arbre ou son bon voisin. Le grand se penche sur le petit et lui ...

7 décembre 2021