Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
Un si sombre espoir sur les collines du sud d'Hébron

Un si sombre espoir sur les collines du sud d'Hébron

« Un jour, ce conflit trouvera sa résolution, mais la réalité quotidienne est pratiquement insupportable. Je ne pouvais plus la tolérer en restant assis à mon bureau. Je me sens responsable des atrocités commises, en mon nom, par la moitié israélienne de l’histoire. Laissons les Palestiniens prendre leurs responsabilités face à celles que l’on commet en leur nom. De notre côté, il y a l’entreprise, toujours en cours, des colonies installées sur une terre annexée. Et cette forme de violence, qui a fait des ravages dans tous les Territoires, s’accompagne d’une violence aussi inacceptable du coeur et de l’esprit : l’égoïsme borné et autosatisfait du nationalisme moderne. »

L’auteur de ces lignes est historien, poète et écrivain, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem, membre de l’Académie des sciences.

Au tournant du millénaire, peu après la deuxième intifada, David Shulman devient, avec ses amis palestiniens et israéliens l’un des fondateurs d’un mouvement menant des actions de solidarité au jour le jour, mouvement de protestation civile pour la paix qui s’inspire de la tradition de non-violence de Gandhi et Martin Luther King. Son nom : Ta‛ayush, en arabe « coexistence », de ta‛ayasha, « vivre ensemble ». Il n’est pas indifférent que ce mouvement ait choisi de se donner un nom arabe – plutôt qu’hébreu ou anglais.

Se refusant à un optimisme lénifiant, le poète militant recommande « le désespoir comme point de départ ». De ce « sombre espoir » naît une lucidité qui prend la forme d’une inquiétude dynamique

Le Seuil éditeur (Collection "La Librairie du XXIe siècle")

EAN 9782021392982, 2021, 240 pages, 22.00 €

David SHULMAN, auteur

Préface de Maurice Olender

Traduit de l'anglais par Michèle Hechter

Page du site de l'éditeur

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Témoignage Littérature engagée Essai Politique Colonisation
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Nos larmes ont la même couleur

Nos larmes ont la même couleur

Deux mères, chacune orpheline d'un fils tué.L'une est israélienne, l'autre est...

8 février 2021
Naplouse, Palestine

Naplouse, Palestine

Portraits d'une occupationJ'ai écrit Naplouse, Palestine entre septembre 2015 et juillet 2017,...

12 février 2021
Nakba

Nakba

Pour la reconnaissance de la tragédie palestinienne en IsraëlEn 1948, 750 000 Palestiniens sont...

12 février 2021
Antisémite

Antisémite

« Rien ne justifie ce torrent de boue déversé sur lui »Préface de Michel WieviorkaL'antisémite....

12 février 2021
Pour l'amour de Bethléem

Pour l'amour de Bethléem

ma ville emmuréeLa devise de Véra Baboun est : « De la souffrance, apprendre à faire naître la...

12 février 2021
Palestine-France Quand les jeunes résistent

Palestine-France Quand les jeunes résistent

Regards croisésSalah Hamouri est né à Jérusalem en 1985. Pour avoir eu soi-disant « l'intention...

12 février 2021