Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
"Only Murders in the Building"

"Only Murders in the Building"

Par Cherien Dabis

Quand on m'a proposé de réaliser l'épisode "The Boy From 6B" de "Only Murders in the Building", qui porte sur l'histoire d'un personnage sourd, j'ai tout de suite su que je devais le faire. C'était précisément le genre d'histoire qui me passionne, une histoire racontée d'un point de vue que l'on voit rarement, avec un personnage issu d'une communauté sous-représentée ou mal représentée. J'ai construit ma carrière en racontant des histoires sur des communautés marginalisées et, ce faisant, j'ai essayé de nous faire sortir de la marginalité pour nous mettre au centre. Pourquoi ? Parce que je ne connais que trop bien la douleur d’être l’objet de préjugés.

storage?id=2574612&type=picture&secret=9ju4NRtM3AAtIGvAg34RzCQmt7THy8v8UW1h7E9l&timestamp=1660719241

Pendant la première guerre du Golfe, ma famille d'immigrés palestino-jordaniens a fait l'objet d'une discrimination si flagrante dans la petite ville de l'Ohio que non seulement nous recevions quotidiennement des menaces de mort, mais que les services secrets sont venus dans mon lycée pour enquêter sur une rumeur selon laquelle ma soeur de 17 ans avait menacé de tuer le président. À l'âge tendre de 14 ans, j'ai dû me demander pourquoi nos amis et voisins se retournaient si soudainement et si rapidement contre nous. Qu'est-ce qui pouvait bien leur faire croire que nous étions une menace ? C'est alors que j'ai découvert le pouvoir du cinéma et de la télévision.

J'ai commencé à étudier la manière dont la perception des Arabes était dangereusement déformée, dépeints comme des méchants, des terroristes et des djihadistes - et encore, si nous étions représentés. Il y avait une absence totale de représentation un tant soit peu authentique. Je me suis jurée de changer cela. L'expérience intime et formatrice que j'ai eue des conséquences de la représentation négligente et négative de communautés comme la mienne m'a poussé à poursuivre une carrière dans le cinéma et la télévision fondée sur la nécessité d'une représentation authentique. Pas seulement de ma communauté, mais de toutes les communautés marginalisées.

Tout juste sortie de l'école de cinéma, je me suis faite les dents en tant que scénariste et productrice sur trois saisons de la série phare de Showtime, "The L Word", la toute première série à mettre en scène des personnages LGBTQ+, en particulier des femmes. J'ai ensuite réalisé mon premier long métrage, "Amreeka", une comédie dramatique centrée sur une famille d'immigrants palestiniens américains. Il s'agissait du premier film arabo-américain à bénéficier d'une importante distribution en salle, et du film réalisé par un Arabe le plus diffusé de l'histoire du cinéma américain. Avec mon deuxième long métrage, "May in the Summer", j'ai essayé d'aller encore plus loin, avec une comédie romantique qui a transporté le public en Jordanie et a brisé les stéréotypes sur les femmes arabes et arabo-américaines. Lorsque j'ai finalement repris le chemin de la télévision, cette fois en tant que réalisatrice, j'ai cherché des opportunités comme "Ramy", allant jusqu'à refuser une offre d'écriture, de réalisation et de co-production exécutive pour "Homeland" (ce qui a mis certaines personnes en colère) afin de participer à une série historique pour ma communauté et manifestement beaucoup plus authentique dans sa représentation des Arabes. (Pour ceux qui ne le savent pas, "Homeland" a été controversée pour avoir perpétué des stéréotypes préjudiciables et racistes de type SWANA - Southwest Asian and North African -). Qu'il s'agisse de BIPOC ou de LGBTQ+, le fil conducteur de mon travail est que je recherche des histoires centrées sur les communautés dites marginalisées. Parce que la représentation réussie d'un groupe est une victoire pour nous tous.

storage?id=2574615&type=picture&secret=eqEMaZyYIOoGHGLLnWC1khoHWjJHJChDn8CtjJhW&timestamp=1660719461

C'est avec cette mission personnelle que j'ai sauté sur l'occasion de réaliser "The Boy From 6B". Et dès le début, j'ai su que j'avais une grande responsabilité pour faire les choses correctement. Le directeur de série et les scénaristes avaient déjà créé un personnage sourd complexe. Je devais maintenant lui donner vie de manière authentique dans le seul épisode de la saison à le mettre en scène. Pour ce faire, je me suis appuyée sur la communauté des sourds en intégrant très tôt l'acteur James Caverly (qui joue Theo) dans le processus et en le laissant me guider. Pendant tout ce temps, j'ai beaucoup appris. Il m'a indiqué des émissions comme "This Close" de Sundance TV, une série dramatique écrite par et avec des créateurs sourds, et un excellent documentaire de PB S intitulé "Through Deaf Eyes". Nous avons parlé de la vision du monde du personnage, des limites de la lecture labiale (c'est tout sauf facile) et de l'importance de rendre l'épisode accessible aussi bien pour la communauté sourde que pour les entendants. Ce que nous avons aimé dans le scénario, c'est que la surdité de Théo n'était pas jouée comme une faiblesse ou un désavantage. Au contraire, dans le contexte de ce meurtre mystérieux, elle lui donne le dessus. Nous pouvons voir à quel point il est observateur, et combien de détails il remarque. Nous nous sommes appuyés sur cet aspect visuel en filmant son point de vue de manière subjective, en mettant littéralement le public à sa place. Et cela a porté ses fruits, car une représentation authentique porte toujours ses fruits.

Pour ceux d'entre nous qui vivent en marge de la société, raconter des histoires est une nécessité, une question de survie, un moyen d'être vu, entendu et reconnu dans un monde qui préférerait faire comme si nous n'existions pas. Un monde qui, soit ne nous voit pas du tout, soit nous étiquette en tant que victime, auteur ou menace, affectant même la façon dont nous nous percevons. Pour nous, la représentation authentique n'est pas un choix, c'est un impératif, une question de vie ou de mort. Parce que les récits nuisibles qui perpétuent des stéréotypes paresseux et dangereux conduisent aux préjugés, à la discrimination, au racisme et, avouons-le, à la violence. Et se voir dans la culture populaire envoie un message qui vous dit que vous êtes important et que vous avez de la valeur.

L'accueil enthousiaste de la critique et l'amour universel pour "The Boy From 6B" prouvent que le public est prêt à ce que les personnages et les communautés marginalisés occupent le devant de la scène. Et pour que ce qui nous a mis en marge - qu'il s'agisse d'un handicap, d'une différence raciale, culturelle ou religieuse - devienne notre superpuissance.

En tant que créateurs et réalisateurs, nous avons une grande responsabilité sociétale. Nous pouvons soit créer du contenu qui perpétue le monde de plus en plus violent dans lequel nous vivons, soit créer un monde qui reflète celui dans lequel nous espérons vivre. Je choisis la seconde option et je continuerai à chercher des moyens d'élever ceux d'entre nous qui ont été mis de côté, jusqu'à ce qu'un jour, peut-être, nous soyons tous considérés comme des membres de valeur égale de la race humaine.

Cherien Dabis est une réalisatrice, scénariste et actrice palestino-américaine, acclamée par la critique et primée, qui se consacre à la narration d'histoires complexes et authentiques sur les communautés sous-représentées et mal représentées.

storage?id=2574617&type=picture&secret=FPdfWceYWpKgb9EO7KZZZtcO7SAdk681QO4KoQw1&timestamp=1660719600

Article original : https://variety.com/2022/tv/news/cherien-dabis-emmy-nominated-only-murders-in-the-building-boy-from-6b-1235341938/

Voir aussi : Emmy Predictions: Directing (Comedy Series) – Palestinian American Director Cherien Dabis Could Be the First Woman of Color to Win the Category

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.